Résidence de composition

Linea a mis en place, à l’automne 2019, un nouveau dispositif de résidence de compositeurs. En effet, le travail entrepris ici ne peut réussir s’il se limite à la livraison d’une œuvre ou d’une partition « clés en main » : la démarche collaborative est essentielle. Cette démarche consiste en séances d’expérimentation, d’échange, d’interaction entre créateurs et interprètes. L’interprète a ici un rôle éminemment créatif : il participe de la genèse, de la conception et de la réalisation de l’œuvre.  Ce travail implique donc une disponibilité, du temps partagé. L’objectif des résidences de compositeurs est de procurer ce temps de création. Elles sont désormais un outil indispensable à toute démarche créatrice qui implique croisement et multi-disciplinarité. Le déroulement de la résidence est le suivant : trois sessions de travail réparties sur l’année, à l’automne, hiver et printemps avec les musiciens de l’Ensemble, dans un contexte de laboratoire, où la temporalité est différente de celle d’une production classique. Ainsi, les compositeurs peuvent prendre le temps de tester, expérimenter, corriger, ajuster le texte dans un format inédit. Les pièces sont ensuite créées à l’automne suivant dans le cadre d’un concert dédié. Les résidences mettent à l’honneur les compositeurs résidant en Région Grand Est, deux des sélectionnés étant dans ce cas. Ceci permet le renforcement des collaborations régionales et la dynamisation culturelle de cet espace.

Restitution à l’automne 2020

Les compositeurs sélectionnés pour 2019-2020 sont :

Guido Pedicone, Argentine 

Guido Pedicone se définit de la manière suivante : « Esprit curieux et hybride, mon intérêt pour la musique, et l’art en général, m’incite à la symbiose des genres. Évoluant dans des univers multiples, je m’amuse à jouer de la guitare, de la basse électrique et des instruments nés de la lutherie électronique dans des projets où mes camarades de jeu ont la même curiosité. J’élabore et interprète des synapses entre le rock, le metal, l’électronique, l’électroacoustique et l’art visuel. Le métissage et le jeu font réaction et construisent mon langage musical, hétéroclite et singulier. »

Feliz Macahis, Philippines 

Compositrice et chanteuse originaire de Manille, aux Philippines, Feliz Macahis propose un projet où elle questionne la place du son vocal et son rôle dans différentes situations performatives. Elle souhaite travailler avec des musiciens d’origines linguistiques différentes, afin de tirer profit de chaque particularité de la langue.
À travers sa résidence, elle souhaite étudier des schémas narratifs philippins par le prisme de la musique occidentale. Elle indique qu’elle ne sait pas encore si cela peut fonctionner. C’est d’ailleurs un des intérêts de cette résidence : pouvoir se tromper.

Nicola Medero Larrosa, Argentine 

Dans une approche et un style tout à fait différent de ceux de Macahis, le jeune compositeur argentin résident à Strasbourg propose Reading Otis – Static memories Chapter II, pour percussions, piano, accordéon et électronique en temps réel, pièce dans laquelle il prend comme point de départ la voix du chanteur Otis Redding afin de créer « une morphologie sonore ». À partir de là, l’idée de Nicola est de faire résonner la voix, via l’électronique, à travers les instruments, et inversement. De ce fait, il propose une réécriture du morceau I’ve been loving you too long , via ce processus.

RÉSIDENCE COMPOSITION