SAISON 16/17

Monographie Alberto Posadas

Mardi 27 septembre 2016, Festival Musica, Strasbourg, France

Musica

L’Ensemble Linea poursuit le portrait d’Alberto Posadas, proposé cette édition par le Festival Musica, en donnant la création française de deux de ses pièces « noires ». La première La Lumière du Noir, au sens littéral, se réfère à la peinture de Soulages. La seconde Anamorfosis, s’inspire de la technique picturale de l’anamorphose.

À l’instar d’autres artistes de l’édition 2016 du Festival Musica, Linea s’attelle à nous faire mieux connaître la musique d’Alberto Posadas. On peut distinguer deux classes d’œuvres dans sa production : celles qui partent du principe galiléen selon lequel l’univers est écrit en langage mathématique et qui s’inspirent de la logique interne et de la capacité générative des modèles naturels, et celles qui font référence à des réalisations humaines. Anamorfosis, qui fait partie du deuxième groupe, tente de reproduire musicalement la déformation de la perspective caractérisant certaines œuvres picturales.

Née de la découverte de la peinture de Soulages lors d’une rétrospective au Centre Pompidou en 2009, La Lumière du Noir tente une autre analogie entre problématiques picturale et musicale : de la même façon que l’artiste a fait émerger la lumière du noir par la façon dont il a appliqué la couleur sur la toile et créé des reflets, Posadas s’est appliqué à transformer le matériau musical en filtrant de plusieurs manières la texture sonore.

Oscuro abismo de llanto y de ternura, dédiée à la mémoire des enfants assassinés dans les guerres, conjugue trois types de matériaux : un son « noir », dans l’extrême grave du registre, qui forme une masse dense en mouvement, un choral, fondé sur des sons multiphoniques d’instruments à vent, qui se superposent et se comportent comme des liquides au gré de leurs densités respectives, et une texture de type gazeux, générée à partir de dessins spécifiques des cordes, évoluant sur le modèle de mouvements browniens. « Comme beaucoup de gens, déclare Posadas, je me suis trouvé dans une situation d’impuissance, d’incompréhension et de désorientation face aux assassinats d’enfants pendant la guerre d’Irak. Ce que je pouvais entreprendre de plus sincère était de trouver un germe de création dans la mort et la destruction ». Concert en hommage à Harry Halbreich.

PROGRAMME :

Alberto Posadas, La Lumière du noir, 2010, création française (18’)

Alberto Posadas, Anamorfosis, 2006, création française (23’)

Alberto Posadas, Oscuro abismo de llanto y de ternura, 2005 (20’)

DISTRIBUTION :

Jean-Philippe Wurtz : Chef d’Orchestre, Manuel Mendoza, Rémi Durupt : Chefs assistants, Keiko Murakami Flûte, Coline Charnier Flûte, Heidi Caillet Hautbois, Ombeline Challéat Hautbois, Jean-Marc Foltz Clarinette, Adam Starkie Clarinette, Sarah Taboada Clarinette, Antoine Pecqueur Basson, Audrey-Anne Heltz Basson, Reto Staub Piano, Marco Fusi Violon, Winnie Huang Violon, Rachel Welsch Violon, Elodie Gaudet Alto, Ondine Simon Alto, Johannes Burghoff Violoncelle, Solène Queyras Violoncelle, Deepa Goonetilleke Cor, Ludovic Derriere Cor, Stephen Altoft Trompette, Antoine Saintes Trompette, Thierry Spiesser Trombone, Florent Hervier Trombone basse, Thibaut Fortin Tuba, Olivier Maurel Percussions, Noriko Kawamura Percussions, Victor Hocquet Percussions, Sven Kestel Contrebasse, Marie-Andrée Joerger Accordéon, Zoé Schade Accordéon, Philippe Koerper Saxophone.

Masterclasse de direction d’orchestre autour de Peter Eötvös et Jean-Philippe Wurtz

Du 31 mars au 09 avril 2017 – Fondation Royaumont, Asnières-sur-Oise Présentation publique le dimanche 09 avril à 17h

OVERSEAS IV

Suite au succès de la collaboration entre Jean-Philippe Wurtz et Peter Eötvös en 2013, la Fondation Royaumont a décidé de les réinviter pour une nouvelle masterclasse exceptionnelle.
Cette formation a proposé à 12 jeunes chefs de se perfectionner dans la pratique du répertoire contemporain, via l’étude de deux œuvres emblématiques : Le Marteau sans Maître de Pierre Boulez et Messages de feu Demoiselle R.V. Troussova de György Kurtág. En partenariat avec la Fondation Eotvos, 6 étudiants ont pu travailler la pièce de Boulez à Royaumont avec l’Ensemble Linea et 6 autres étudiants ont étudié la pièce de Kurtág à Budapest avec l’Ensemble hongrois UMZE sous la direction de Peter Eötvös. Les deux œuvres ont été répétées et données en présentation publique le 9 avril, à l’abbaye de Royaumont, avec l’Ensemble Linea.
En partenariat avec la Fondation Peter Eötvös.

PROGRAMME :

Pierre Boulez, Le Marteau sans Maître, 1954 (35’)
Composé d’après des poèmes tirés du recueil Marteau sans maître de René Char.
György Kurtág, Messages de feu Demoiselle R.V. Troussova, 1976-80 (26’)
Composé d’après 21 poèmes de la poétesse russe Rimma Dalos.

DISTRIBUTION :

Peter Eötvös : Direction, Jean-Philippe Wurtz : Direction artistique, Kanae Mizobuchi Soprano, Bertrand Chavarria-Aldrete Guitare, Camille Merckx Mezzo Soprano, Marco Fusi Violon, Keiko Murakami Flûte, Laurent Camatte Alto, Heidi Caillet Hautbois, Michaela Hrabankova Hautbois, Reto Staub Piano, Andrea Nagy Clarinette, Geneviève Letang Harpe, Michaela Hrabankova Hautbois, Florentino Calvo Mandoline, Deepa Goonetilleke Cor, Beata Mori cymbalum, Olivier Maurel Percussions, Louis Siracusa Contrebasse, Victor Hocquet Percussions, Mirae Oh Celesta, Antoine Josselin Percussions, Noriko Kawamura Percussions.

SAISON 16/17