L’Ensemble Linea

Présentation de l'Ensemble Linea

Linea en bref

Fondé en 1998 à Strasbourg par le chef d’orchestre Jean-Philippe Wurtz, l’Ensemble Linea est une formation de réputation internationale.

Il s’est produit dans les plus grands festivals et a joué entre autres à New York, Paris, Chicago, Séoul, Budapest, Bruxelles, Bilbao, Berlin, Huddersfield, Genève, Lyon, Royaumont, Prague, etc. Ses concerts ont été diffusés sur des radios comme France Musique, la BBC et la Südwestfunk.

Linea affiche un fort soutien aux jeunes compositeurs à travers des commandes d’œuvres, des masterclasses de composition et d’interprétation et des concerts. Il se démarque aussi par son approche interculturelle, en donnant à entendre des répertoires d’autres continents et en développant des échanges avec des ensembles étrangers du monde entier.

Dès ses débuts, Linea a su gagner la confiance des grands compositeurs actuels et des collaborations fécondes ont été engagées avec, entre autres, Peter Eötvös, Brian Ferneyhough, Philippe Manoury et Helmut Lachenmann.

Depuis 2014, il organise sa propre Académie Internationale d’été de Musique Contemporaine à Strasbourg.

 

L’Ensemble Linea s’engage dès ses débuts dans une ouverture du répertoire contemporain, en privilégiant la rencontre avec le public, l’ouverture vers les autres disciplines artistiques et une politique de diffusion offensive.

À géométrie variable, du grand orchestre au solo, la formation réunit des musiciens de cultures et d’origines différentes, formés dans les plus grands établissements mondiaux.

Au-delà des écoles et des courants, le projet artistique de Linea couvre des esthétiques très diverses, du théâtre musical à l’électronique, de la musique occidentale jusqu’aux riches répertoires asiatiques ou américains. La dimension interculturelle est en effet importante pour cet ensemble, installé à Strasbourg, au carrefour de plusieurs cultures. Linea revendique une musique engagée dans la cité, privilégiant les oeuvres qui interrogent les mutations de notre époque.

Les concerts de Linea sont conçus comme un spectacle à part entière. Vivants, théâtralisés, spatialisés, détonants, ils valent depuis toujours à l’ensemble une solide réputation scénique. Les axes principaux de son activité sont : la création, la diffusion et la transmission.

L’Ensemble crée chaque année un grand nombre de nouvelles oeuvres, de compositeurs établis (Eötvös, Aperghis, Manoury) mais aussi de créateurs plus jeunes, voire émergents (Filidei, Dumont, Iannotta). Il travaille avec eux dans la durée et multiplie les types d’échanges : création en concert mais aussi rencontres, répétitions publiques, concerts commentés, enregistrements. L’Ensemble tient à présenter cette démarche de création comme un processus vivant et humain, centré autour de la personne du compositeur. Depuis plusieurs années, il est établi que le style particulier de l’interprétation de l’Ensemble, mélange tonique d’énergie, de précision et d’engagement sur scène, est une source d’inspiration pour les créateurs.

Du côté de la diffusion, elle prend de nombreuses formes. Si les grandes scènes européennes de la création y sont bien sûr représentées (Musica Strasbourg, ManiFeste – Ircam à Paris, Ultraschall à Berlin, Huddersfield, Darmstadt, Zurich…), l’Ensemble Linea, fidèle à son éthique de veille sociologique et géopolitique, n’hésite pas à monter des partenariats plus inattendus et à se produire dans des régions moins établies en termes de création (Moyen Orient, Russie, Corée) et à y développer des partenariats. L’Ensemble a en particulier fait redécouvrir les mouvances les plus récentes de la musique américaine, grâce au montage de trois tournées en cinq ans, tout en y introduisant des compositeurs français tel que Raphaël Cendo qui y connaît maintenant un succès majeur.

Enfin, la transmission est un axe de plus en plus important : Linea a créé en 2014 sa propre Académie de formation pour interprètes, qui a déjà connu trois éditions réussies. L’Ensemble participe aussi à de nombreuses sessions de formation pour compositeurs. Ses efforts vont dans le sens de recréer un lien perdu entre interprètes, créateurs, public et formateurs, lien qui, grâce au talent et à l’énergie des jeunes interprètes, tend à se revitaliser aujourd’hui.

L’Ensemble Linea est fortement engagé dans le domaine de la création, en collaborant régulièrement avec de nombreux jeunes compositeurs.

L’Ensemble développe les aspects pédagogiques lors des sessions de composition auxquelles il participe, comme à Royaumont en 2009 et 2010, June in Buffalo (Etats-Unis, 2011 et 2013), Festival MATA (New-York, 2016) aux Ferienkurse de Darmstadt (2012), lors de la résidence pour huit compositeurs qu’il a lui-même organisé en 2008, et des nombreuses résidences dans les universités américaines (University of Pittsburgh, Buffalo, Northwestern University).

L’Ensemble soutient les compositeurs dans la durée à travers une politique de commandes d’œuvres et par l’interprétation régulière de ces dernières, notamment hors du pays de création. Il contribue ainsi activement à la circulation des œuvres nouvelles dans le monde. Linea associe les compositeurs à ses projets et leur ouvre ses réseaux. En 2013, l’ensemble a intégré à sa tournée aux Etats-Unis le français Raphaël Cendo qui a animé à ses côtés les sessions de composition du festival June in Buffalo et dont Linea a interprété Rokh I en première américaine à New York, puis en première britannique au festival de Huddersfield, en novembre 2013. L’Ensemble travaille actuellement avec Francesco Filidei (Italie), Aurélien Dumont (France), Raphaël Cendo (France), Frédéric Durieux (France), Philippe Manoury (France), Unsuk Chin (Corée du Sud).

Au cours des dix premières années, un travail appuyé avec Klaus Huber, Ivo Malec, Younghi Pagh-Paan, Michael Jarrell, Peter Eötvös a conduit ces derniers à écrire de nouvelles pièces pour Linea.

Depuis ses débuts, Linea s’est engagé dans une collaboration très soudée avec Péter Eötvös, un compositeur proche de l’Ensemble : Jean-Philippe Wurtz s’était formé auprès de lui en tant que chef, au sein de l’International Eötvös Institute. Linea a interprété presque la totalité de son catalogue d’œuvres pour ensemble et de musique de chambre et a également donné en première mondiale Octet Plus, le 20 septembre 2008 au Festival Musica de Strasbourg, avec la soliste Barbara Hannigan.

Toutes les œuvres récentes que Linea a interprétées ont été enregistrées pour le CD « Ensemble Linea plays Eötvös », sorti début 2011 sur le label hongrois BMC et distingué par le Prix Fonogram en Hongrie et l’Orphée d’Or de la Création Lyrique en France. Linea a aussi invité Peter Eötvös, cette fois ci en tant que chef, au printemps 2013 à l’Abbaye de Royaumont pour animer une formation à la direction d’orchestre. Une masterclasse avec Péter Eötvös aura lieu à Royaumont à l’horizon 2017.

L’ensemble collabore en parallèle avec Brian Ferneyhough : il a enregistré en 2011 sa dernière pièce pour ensemble « CHRONOS AION ». Linea a déjà interprété avec succès cette œuvre en création française, en septembre 2010 à l’Abbaye de Royaumont puis en novembre 2011 à Zurich et à Huddersfield (première britannique). En 2013, Linea retrouve Ferneyhough pour Liber Scintillarum qui est joué en première française en septembre à Royaumont et à nouveau en première britannique en novembre au festival de Huddersfield, retransmise en live sur la BBC.

Plus récemment, une collaboration avec Philippe Manoury a débuté, menant à la création d’une nouvelle œuvre pour violon, ensemble et électronique – création donnée en juin 2016 au Festival ManiFeste, avec la soliste Hae-Sun Kang.

Parmi de nombreux autres projets, une création d’une nouvelle pièce de David Felder est prévue lors de la tournée Overseas 2017 aux Etats-Unis, avec le soliste Irvine Arditti.

Volontiers considéré à l’étranger comme l’un des meilleurs ensembles français actuels, Linea est régulièrement invité dans les grands festivals français et mondiaux de musique contemporaine, parmi lesquels : Musica (Strasbourg, de 2002 à 2017), ManiFeste (Paris, 2016), Darmstadt Ferienkursen (2012), Archipel (Genève, 2008 et 2015), ACMF (Séoul, 2009), Budapest Autumn Festival (2009), Aspects des Musiques d’Aujourd’hui (Caen, 2009), Ars Musica (Bruxelles, 2011), Ultraschall (Berlin, janvier 2013), Huddersfield Contemporary Music Festival (Royaume Uni, 2011 et 2013), June In Buffalo (Etats Unis, 2011, 2013), Contempuls Festival (Prague, 2013), reMusik Festival (Saint Petersbourg, 2015), MATA Festival (New York, 2016), etc.

Ce fort positionnement international fait de Linea un ambassadeur de la musique française à l’étranger et un « passeur » du répertoire étranger en France.

Linea s’est imposé comme ensemble leader dans les échanges avec les Etats-Unis. Les trois tournées américaines, en 2011, 2013 et 2016, soutenues par le FACE/French American Fund for Contemporary Music, ont eu un important retentissement public, professionnel et médiatique, avec des retombées des deux côtés de l’Atlantique : promoteur du répertoire français aux Etats-Unis, Linea, grâce aux contacts noués avec les jeunes compositeurs américains au cours de ses tournées, présente leur travail en France (Festival Musica en 2012, Saison de l’Arsenal à Metz en 2014, commandes aux américains émergents : Mincek, Eckart…). La dernière tournée américaine s’est déroulée en avril2016, où, à côté de concerts à New York, Buffalo, Chicago et Pittsburgh, un fort accent a été mis sur l’échange et la formation, notamment à travers des collaborations avec les départements de composition de diverses universités (Northwestern University de Chicago, Buffalo State University, Pittsburgh University…).

Ce positionnement international de Linea s’exprime aussi par la volonté d’investir de nouveaux territoires, où la filière musique contemporaine doit encore se structurer ou bien avec lesquels les échanges sont insuffisants. De la Corée du Sud à l’Egypte en passant par la Roumanie et la Russie (festival ReMusik de Saint Petersbourg, 2015), l’Ensemble Linea est souvent pionnier dans cette dynamique d’échanges. Il s’y implique avec un sens du dialogue interculturel, du respect de la « culture du pays d’accueil », qu’il a développé au fil de sa carrière. Dans un monde complexe et globalisé, Linea contribue, à son niveau, à réduire les fractures et disparités culturelles qui peuvent exister.

En France, le renommé festival Musica l’invite régulièrement depuis 2002 et chaque année depuis 2011. Pour sa dernière invitation en septembre 2016, l’Ensemble Linea a proposé une monographie du compositeur espagnol Alberto Posadas à travers 3 de ses pièces dont 2 créations. Par ailleurs, la Fondation Royaumont l’a accueilli en résidence entre 2009 et 2013, et depuis 2015, Jean-Philippe Wurtz est le directeur artistique de son programme « Voix Nouvelles », programme de formation et de création musicale.

Crée en mars 2015 à l’Opéra de Rouen, l’Ensemble Linea participe à l’opéra Contes de la lune vague après la pluie de Xavier Dayer en coproduction avec l’Opéra-Comique de Paris et la Fondation Royaumont.

En 2018 et 2019, Linea va renforcer son ancrage en France avec de nombreux rendez-vous à Paris ou à Metz autour d’une collaboration longue avec la Cité Musicale de Metz, et ailleurs.

Inséré dans les réseaux professionnels, Linea développe des collaborations avec d’autres ensembles : Proxima Centauri de Bordeaux en 2006 et 2015, les Coréens de TIMF en 2010, les Ensembles Talea (2011), Moto Perpetuo (2013) de New York, l’Egyptian Contemporary Music Ensemble avec qui il s’est produit au Caire et à Alexandrie en mai 2012, les Neue Vocalsolisten (NVS) de Stuttgart en 2012, etc.

Sa bonne réputation lui vaut d’être sollicité pour des résidences artistiques notamment à l’Abbaye de Royaumont et de nombreux ateliers, master-classes et sessions de compositions (June In Buffalo, Ferienkurse, Académie de composition de Philippe Manoury et Musica, etc…).

Cette reconnaissance permet aussi à l’Ensemble Linea de travailler avec des solistes et interprètes de renommée internationale tels que les violonistes Hae Sun Kang (2016) et Irvine Arditti (2013), la soprano Barbara Hannigan (2008), Allison Bell (2009 et 2013), le pianiste Wilhem Latchoumia (2013 et 2015) pour n’en citer que quelques-uns.

Une nouvelle collaboration est prévue avec Irvine Arditti pour la nouvelle création de David Felder à Buffalo (Etats-Unis) dans le cadre de la tournée américaine « Overseas » en novembre 2017.

Dans un dialogue régulier avec ses partenaires publics et privés, la profession, la société civile et le public, l’Ensemble Linea est impliqué dans les réflexions sur l’avenir de la filière culturelle, réflexions qui guident son action.

L’Ensemble Linea est membre de la PROFEDIM (Syndicat professionnel des Producteurs, Festivals, Ensembles, Diffuseurs Indépendants de Musique).

Comme en témoignent les nombreux ateliers et masterclasses où il intervient, l’Ensemble Linea est engagé de longue date dans l’accompagnement et la formation des jeunes compositeurs et interprètes.

Linea a pu, en effet, tout au long de son parcours, constater les besoins en formations complémentaires de nombreux jeunes sortant du conservatoire, qu’il s’agisse de compositeurs ou d’interprètes.

Depuis 2013, cet aspect du travail de Linea s’est renforcé, et c’est un véritable « pôle formation » que l’ensemble développe désormais.

En 2013, Linea s’associait à Péter Eötvös et à la Fondation Royaumont pour une formation à la direction d’orchestre qui eut un fort retentissement, ces formations étant très rares en musique contemporaine. 10 jeunes chefs (sur 60 candidats) originaires du monde entier, ont pu se former pendant une semaine, aux côtés de Linea,de Péter Eötvös et Jean-Philippe Wurtz.

« La création musicale glisse peu à peu (…) vers les académies. (…) Avec forte conviction, Linea participe à ce mouvement, porté par un réel souci de transmission doublé d’un goût du risque et de la rencontre » Dernières Nouvelles d’Alsace, 27 août 2014.

Fort de ce succès, Linea a lancé, en août 2014, sa propre académie d’été de musique contemporaine, à Strasbourg, proposant 9 classes d’interprétation instrumentale et une classe de direction d’orchestre. Cette académie a attiré 25 étudiants, venus de France, d’Italie, de Russie, d’Espagne, du Royaume Uni, d’Allemagne, du Japon et des Etats-Unis, un bon résultat pour une première édition, qui témoigne du potentiel en la matière.

Une nouvelle académie d’été a eu lieu en 2015, attirant cette fois-ci 34 étudiants venus du monde entier.

En 2016, la troisième édition a été organisée en août 2016 réunissant des élèves de 5 nationalités différentes (France, Belgique, Espagne, Italie, Etats-Unis ou encore Japon). Deux soirées de concerts ont été organisées en fin d’académie, proposant 12 pièces allant du solo au quatuor dont une pièce d’ensemble de grande difficulté, à savoir Sur Incises de Pierre Boulez.

Les formations qu’élabore Linea privilégient la pratique d’ensemble : l’étudiant est mis en situation dès son entrée en intégrant le groupe composé des musiciens de Linea et des autres stagiaires, ou en le dirigeant. Des concerts concluent toujours les formations. Cette mise en situation permet à l’étudiant, accompagné par des musiciens maîtrisant les contraintes du répertoire contemporain, de progresser dans les conditions réelles de concert. C’est précisément cet aspect qui est recherché par les jeunes interprètes.

Un diplôme de participation à l’académie ainsi qu’un enregistrement vidéo et audio de qualité sont garantis à chaque participant.

La 4ème édition aura lieu du 17 au 23 juillet 2017.

Par ailleurs, Linea a été associé au Festival Musica et à Philippe Manoury pour l’académie de composition qui s’est organisée dans le sillage du festival strasbourgeois, lors de sa première édition en 2015.

Une masterclasse de direction est également en préparation avec Péter Eötvös et la Fondation Royaumont en 2017 : elle se déroulera en partie à l’Abbaye francilienne, en partie à Budapest, au Budapest Music Center, centre de ressources et de formation créé par Péter Eötvös dans la capitale hongroise. Ce cours exceptionnel est centré autour du Marteau sans maître de Pierre Boulez et de Troussova de György Kurtag, et fera intervenir le grand compositeur hongrois en personne.

Depuis ses débuts, l’Ensemble Linea s’est illustré dans sa capacité à porter des projets de grande envergure, mobilisant un grand effectif et des moyens importants : créations d’œuvres pour grand ensemble, spectacles pluridisciplinaires, créations d’opéras, projets innovants, participations à des grands événements, tournées internationales…

Cette dynamique se manifeste entre autres en 2015, avec la création du nouvel opéra du compositeur suisse Xavier Dayer Les contes de la lune vague après la pluie, coproduit par l’Opéra de Rouen, la Fondation Royaumont et le Festival Archipel à Genève où Linea donne le spectacle en première suisse (mars 2015), avant de le rejouer à l’Opéra-Comique à Paris en mai 2015.

Linea s’est produit également dans le cadre du Millénaire de la Cathédrale de Strasbourg, dans la cathédrale elle-même. Une nouvelle oeuvre de Frédéric Durieux, Verticales rouges, pour ensemble orgue et récitante (l’actrice Marianne Denicourt), y a été créée, ainsi que des œuvres des étudiants en composition du CNSM de Paris et du Conservatoire de Strasbourg. Enfin, Et Exspecto Resurrectionem Mortuorum œuvre de Messiaen pour cathédrale y a été également interprétée. C’est un vaste et ambitieux projet, qui, au-delà de sa dimension événementielle, a une forte vocation pédagogique : en plus des œuvres d’étudiants en composition, la moitié des 47 musiciens mobilisés étaient des étudiants du Conservatoire de Strasbourg, qui se sont produits, donc, aux côtés de Linea, dans les conditions réelles de concert.

Intimement convaincu que la musique doit être une source d’expérimentations transversales, Linea a été à l’initiative de nombreux projets « crossover » qui ont fait se rencontrer la danse, le théâtre, le multimédia, la musique traditionnelle avec la musique contemporaine.

En 1999, Linea a présenté un spectacle scénographié de Pierrot Lunaire. En 2004, l’Ensemble interprète Kurzwellen de Stockhausen en collaboration avec la compagnie Hoogenraad qui crée une chorégraphie adaptée à l’œuvre. En 2007, Linea crée For What They Are de Bernd Schultheis, pour un spectacle en temps réel mêlant musique, danse, caméras vidéo et interventions du public.

Egalement intéressé par les arts traditionnels et l’interculturalité, Linea a travaillé avec un danseur Nô venu du Japon ainsi qu’un danseur Sung Mu (danse traditionnelle spécifique au bouddhisme coréen). Ce dernier projet a conduit Linea à commander une pièce spécialement adaptée à cette danse à la compositrice coréenne Hyun Wha Cho. Elle a été créée en juin 2010 dans le cadre du Festival Champs Libres.

Les médias suivent et relayent le travail de l’Ensemble Linea depuis ses débuts.

Le développement de l’ensemble à l’export a trouvé sa résonance dans le traitement médiatique : la presse américaine a ainsi bien couvert la venue de Linea à New York, Buffalo, Chicago et Pittsburgh, ce qui est rare pour un ensemble français jusque-là peu connu aux Etats-Unis avec notamment une belle chronique dans le New York Times.

La parution du dernier CD a été bien accompagnée par les médias en France et en Europe.

La radio accompagne fidèlement le travail de Linea. France Musique se fait régulièrement l’écho de ce travail : chroniques de CD, interview de Jean-Philippe Wurtz, retransmission des concerts de Royaumont et de Musica, annonce des concerts de Linea, etc.

À l’étranger, Linea bénéficie également de l’attention des radios publiques : bon nombre de ses concerts ont été retransmis, entre autres par DRS 2 (radio suisse alémanique de musique classique), Deutschland Kulturradio (Berlin) et la BBC Radio 3 qui a retransmis les deux concerts de Linea au Huddersfield Contemporary Music Festival (2011 et 2013) dont le dernier en direct.

Cette reconnaissance médiatique contribue à une meilleure visibilité de Linea et à une attention plus grande de la profession.

Acteur de la vie musicale régionale, l’Ensemble Linea est engagé dans l’action culturelle « de proximité » dans les territoires où la musique contemporaine est peu diffusée.

L’Ensemble s’appuie sur un réseau, consolidé au fil des ans, d’institutions partenaires, attachées comme lui à la démocratisation de la musique d’aujourd’hui : spectacles gratuits, concerts-conférences, répétitions publiques, ateliers d’écoute, interventions dans des musées ou des médiathèques, programmes privilégiant des ?uvres accessibles, sont quelques-unes des actions que Linea met en place avec succès afin d’ouvrir le répertoire à de nouveaux publics…

L’Ensemble collabore régulièrement avec l’Espace Culturel de Vendenheim, les médiathèques de Strasbourg et de Cernay (Haut-Rhin), le Service Culturel de la Ville de Saint-Louis (Haut-Rhin), la Compagnie Flash Marionnettes…

Élargir le public de la musique contemporaine signifie aussi préparer le public de demain.

Avec Stockhausen raconté aux enfants, un spectacle de 45 minutes pour deux musiciens, conçu avec la Compagnie Flash Marionnettes, Linea relève un nouveau défi consistant à faire se rencontrer une musique très complexe avec le jeune public. Grâce à des pièces soigneusement choisies, une création lumière et une mise en scène efficace, le spectacle rencontre un grand succès auprès du jeune public, et ce, même s’il intègre 30 minutes de pur Stockhausen.

Le spectacle a déjà été donné en région parisienne, à Besançon au Festival Musiques Libres et en Alsace à l’invitation de plusieurs institutions dont le Festival Musica, devant plus de 4 000 spectateurs enthousiastes.

L’Ensemble Linea est également engagé dans de nombreuses actions pédagogiques : interventions en milieu scolaire ou universitaire, formations de classes « option musique » de lycée.

Linea accorde beaucoup d’importance à l’équipe musicale. Les solistes de Linea ne se contentent pas de posséder un haut niveau d’expérience et de maîtrise des techniques requises par le répertoire. Ils répondent aussi à un profil particulier, qui consiste à s’impliquer de la manière la plus forte dans la défense de nouvelles oeuvres. Ils sont à l’écoute du compositeur, dont ils s’emploient à restituer l’oeuvre jusque dans ses plus petits détails. Une exigence qu’ils concrétisent par une préparation et un travail de répétitions soutenu.

De septembre 2006 à juillet 2008, l’Ensemble Linea était en résidence aux Dominicains de Haute Alsace à Guebwiller (Haut-Rhin) : il y a développé notamment un travail autour des nouvelles technologies. Celui-ci s’est traduit par une mise en perspective des œuvres de Reich, Stockhausen, Varèse, confrontées à des pièces électroacoustiques actuelles et aux musiques électroniques dites «populaires».

L’Ensemble Linea lui-même a organisé une résidence en 2007-2008, avec le soutien du Fonds Social Européen, avec huit jeunes compositeurs français et étrangers, avec l’objectif d’accompagner leur travail de création et de faciliter leur insertion dans les réseaux professionnels. En juin 2008, les huit nouvelles œuvres écrites durant la résidence ont été jouées par Linea dans le cadre du festival Champs Libres.

Linea a conclu en 2013 sa résidence de 5 ans à l’Abbaye de Royaumont (Val D’Oise). Durant cette résidence, l’ensemble a pu accompagner de nombreux jeunes compositeurs en formation, travailler avec des grands compositeurs comme Brian Ferneyhough, et porter de nombreux projets innovants de grande ampleur : masterclasse de direction, créations d’œuvres nouvelles, etc.

Cette résidence a eu des retombées très positives pour l’ensemble qui a pu accroître sa notoriété en France, mais aussi, en interne, renforcer la cohésion artistique et musicale du groupe.

Le CD Ensemble Linea plays Eötvös, paru début 2011, est une monographie de l’œuvre de Peter Eötvös, enregistré à Budapest sous la direction du compositeur lui-même. Il inclut plusieurs œuvres récentes et non enregistrées auparavant.

Édité par le label Budapest Music Center, le CD a obtenu deux prix prestigieux :

  • le prix Fonogram du Meilleur album de musique contemporaine, décerné le 2 mars 2011 lors des « Hungarian Music Awards », l’équivalent hongrois des Victoires de la Musique.
  • l’Orphée d’Or de la Création Lyrique dans le domaine de la musique contemporaine, remis le 3 mai 2011 à l’Opéra de Paris Bastille par l’Académie Internationale du Disque Lyrique.

En 2001, le premier CD de Linea Ivo Malec – œuvres pour orchestres était publié chez Motus. Le magazine Diapason avait déjà décerné un Diapason d’Or à l’Ensemble pour ce disque.

 

Deux nouveaux CD sont à paraître en 2017-2018, autour des compositions d’Aurélien Dumont et Raphaël Cendo et Francesco Filidei, pour les labels l’Empreinte digitale et Odradek.

L’ENSEMBLE LINEA