SOLOS ET DUOS

Une formule minimaliste

Musique baroque et contemporaine, entre orient et occident

Duo / durée : 1h15

Après avoir joué au sein de l’Ensemble Linea un programme d’œuvres d’Alberto Posadas dans le cadre du Festival Musica, Marie-Andrée Joerger et Antoine Pecqueur se sont lancés dans la création d’un duo accordéon et basson. Ils ont imaginé un programme mêlant des œuvres baroques et contemporaines, de compositeurs occidentaux et orientaux. Autant de dialogues qui font écho à la rencontre entre l’accordéon et le basson, un mariage de sonorités inédites. Dans les pièces baroques, l’accordéon offre un continuo enveloppant, harmonique, d’une modernité singulière. Et dans les pièces contemporaines, les deux instruments rivalisent de virtuosité et d’effets, pour parfois se fondre dans les registres graves et devenir indiscernables. La musique contemporaine possède alors un souffle presque ancestral. Un voyage de l’intime qui interroge le rapport au temps et à l’espace.

PROGRAMME :

Misato Mochizuki, Pas à pas, 2000 (8’)
Johann Sebastian Bach, Prélude et fugue, 1722 (7’)
Giacinto Scelsi, Maknongan, 1976 (4’)
Georg Philipp Telemann, Sonate en fa mineur (11’)
John Zorn, The Road Runner, 1986 (6’)
Thierry Escaich, Ground, 1997 (8’)
Giovanni Bertoli, Sonata prima (6’)
Toshio Hosokawa, In die Tiefe der Zeit, 1994-1996 (18’)

DISTRIBUTION :

Marie-Andrée Joerger Accordéon, Antoine Pecqueur Basson.

CALENDRIER :

Vendredi 04 août 2017 à 20h
Les Impromptus de la Ferme Bleue, Jardins de la Ferme Bleue, Uttenhoffen, France.

Lundi 07 août 2017
Festival International Agora à Leysin, Suisse.

De l’usage des timbres,entre tradition et modernité

Duo / durée : 1h

L’association de la harpe et du hautbois est rare car peu d’œuvres ont été écrites pour ce duo. Ce programme propose de mettre en avant cette formation aux sonorités riches. Les œuvres exploitent toutes les possibilités des deux instruments et sont animées par un même objectif : l’exploration du son à travers les âges et les pays. Depuis des siècles, les compositeurs ont fait des recherches sur le son. Parcourant les époques et allant de la Renaissance aux œuvres d’aujourd’hui, le duo transcende plusieurs générations de compositeurs. Il ignore aussi les frontières : les compositeurs choisis sont corréens, allemands ou français et pour certains d’entre eux, ont travaillé ensemble ou se sont influencés mutuellement. Accessible à tous les publics, ce programme invite au voyage et à la découverte de sonorités d’ici et d’ailleurs.

PROGRAMME :

Heinz Holliger, Mobile, pour hautbois et harpe, 1962 (4’ à 12’)
Marin Marais, Les Folies d’Espagne, 1701 (15’)
Yoshihisa Taïra, Sublimation, 1971 (7’)
Giles Farnaby, Fayne would I weed
William Byrd, Pavane et Gaillarde, 1613 (5’)
Ysang Yun, Rufe, 1989 (13’)

DISTRIBUTION :

Geneviève Letang Harpe, Heidi Braesch-Caillet Hautbois

Le voyage des cordes soufflées :des racines à l’abstrait 

Duo / Durée : 50 min

L’Ensemble Linea invite les spectateurs à un voyage à travers la musique contemporaine et moderne. À travers Impression tango de Graciante Finzi, la pièce de Sanae Ishida inspiré du poème Miro de Rafael Alberti, les deux caprices pour violon seul de Sciarrino, l’univers du dessin animé dans Road Runner de John Zorn, les rythmes de danses populaires dans Dancing suite de Matti Murto ou encore dans Zoom et Aksak où les voix intérieures des instruments se déploient sur des pulsations et jouent sur les rythmiques irrégulières inspirés des musiques et danses des Balkans, le spectateur est transporté vers des contrées nouvelles. Entre points de repères et découvertes, un duo original violon et accordéon qui embarque les auditeurs dans des paysages aussi variés qu’envoûtants.

PROGRAMME :

Graciante Finzi, Impression tango, 2005 (6’30)
Sanae Ishida, Nouvelle pièce, 2016 (8’)
Clara Olivares, Zoom et Aksak (8’)
Matti Murto, Dancing suite (9’)
Salvatore Sciarrino, Deux caprices, 1975-76 (8’)
John Zorn, The Road Runner, 1986 (6’)

DISTRIBUTION :

Marie-Andrée Joerger Accordéon, Winnie Huang Violon

CALENDRIER :

21 juillet 2016
Les Impromptus de la Ferme Bleue, Les Jardins de la Ferme Bleue, Uttenhoffen, France.

Tour de flûte

Solo / Durée : 1h

Ce programme propose un petit « tour » des différents aspects du répertoire écrit pour la flûte au 20ème et 21ème siècle. Considéré comme un instrument soliste et de musique de chambre durant la période baroque, la flûte perd cette identité à la période classique. Cependant, depuis « Syrinx » écrit en 1904 par Debussy où la flûte traversière est à nouveau utilisée comme soliste, cet instrument ne cesse d’inspirer les compositeurs contemporains. Les oeuvres écrites sollicitent toutes les possibilités sonores de la flûte, parfois même en l’utilisant comme un élément de percussion et mettent en scène la voix, les mouvements physiques et la théâtralité de l’instrumentiste.

PROGRAMME :

Joseph Bodin de Boismortier, Prélude (2’)
Claude Debussy, Syrinx, 1913 (4’)
Thierry Blondeau, Bonsaï, 1993 (5’)
Karlheinz Stockhausen Flautina, 1989 (6’)
Richard Barrett, Dying Words II, 2013 (9’)
Daniele Bravi, Respiri In Versi – Madrigale per flauto basso, 2016 (4’)
Stefano Scodanibbio, Ritorno a Cartagena, 2001 (9’)

DISTRIBUTION :

Keiko Murakami Flûte

Mythologies contemporaines

Duo / Durée : 1h

Entre peuples et cultures, entre époques et croyances, entre flûtes et percussions, l’Ensemble Linea propose un voyage itinérant mettant en perspective les créations d’aujourd’hui avec les mythologies d’hier.

Le fil qui lie les différentes grandes périodes de l’évolution de la musique telle qu’on la connaît désormais résulte de solides fondations datant de plusieurs milliers d’années. C’est ainsi qu’au travers de ce programme, les deux musiciens interrogent les esthétiques contemporaines par le prisme des cultures du passé, offrant alors des passerelles entre les époques.

PROGRAMME :

Mark Engebreston, Whac-a-mole, 6’
Toru Takemitsu, Towards the sea, 13’
André Jolivet, Pipeaubec, 4’
David Bird, Lend/lease, 6’
H. W. Henze, 5 Scenes from the Snow Country, 15’
Stefano Scodanibbio, Ritorno a Cartagena, 10’

DISTRIBUTION :

Keiko Murakami Flûte
Victor Hocquet Percussions

Planète stockhausen

Duo / Durée : 1h

Le programme revient sur l’œuvre de Karlheinz Stockhausen et en éclaire la dimension insolite, ludique et même parfois drôle. Fasciné par le cosmos, la spiritualité, le monde des rêves et celui de l’enfance, le compositeur allemand aimait introduire des éléments oniriques, inattendus voire humoristiques dans son œuvre. De Tierkreis, sur les signes du zodiaque, à In Freundschaft, interprété en costumes, en passant par Flautina et son « esprit-flûte », un parcours tout public autour d’un compositeur dont on sous-estime bien souvent l’incroyable imagination et l’espièglerie.

PROGRAMME :

Karlheinz Stockhausen, In Freundschaft, version originale en costume, 1977 (15’)
« J’eus la version d’un ours en peluche jouant du basson, qui ressemblait tout à fait à l’ours en peluche de ma prime enfance (…) mais en beaucoup plus grand, presque vivant, plein d’humour et d’une musicalité originelle.» K. Stockhausen
Karlheinz Stockhausen, Flautina, 1989 (6’)
« Le personnage Flautina est un « esprit-flûte » dans un costume humain : magiquement enchantée.»
Karlheinz Stockhausen, Tierkreis, extraits, 1974-75 (26’)

DISTRIBUTION :

Antoine Pecqueur Basson, Keiko Murakami Flûte

Stockhausen raconté aux enfants

Un spectacle tout public à partir de 6 ans – Représentations scolaires à partir du CP

La musique contemporaine possède un véritable pouvoir d’attraction sur le jeune public. Avec ses effets expérimentaux, son langage à la frontière des genres artistiques, elle s’apparente souvent à un laboratoire, ce qui, pour des enfants, représente un formidable terrain de jeu.

Figure de la deuxième moitié du XXe siècle, Stockhausen a inventé des univers insolites et souvent drôles, à même de « parler » au jeune public… il suffit de penser à son œuvre enregistrée en hélicoptère ou à In Freundschaft où la partition exige que l’interprète soit affublé d’un costume des plus décalés.

Stockhausen raconté aux enfants met en scène une rencontre fictive entre le compositeur allemand et une musicienne japonaise admiratrice de son œuvre… Tentant d’abord de communiquer dans les langues qu’ils connaissent, ils parviennent finalement à dialoguer avec leurs instruments. L’intrigue cède alors la place à un voyage musical et coloré, riche en surprises, dans l’univers de Stockhausen.

Stockhausen raconté aux enfants, une initiation ludique et poétique à la musique d’aujourd’hui pour petits et grands.

« Stockhausen : derrière les consonnes rugueuses de ce nom allemand se cache un créateur capable autant d’humour que de radicalité, d’espièglerie que de sérieux, de fantaisie que de rigueur. Un doux poète, inventeur de bizarres machines qui, si on les écoute, rappellent celles rêvées de notre enfance : des hélicoptères, des boîtes à musique, des trains et des navettes spatiales, bref, ce qui nous permet de partir, de nous évader…

Un drôle de guide, capable de voir et d’entendre ce qui n’atteint pas nos sens, nous y conduira, non sans quelques détours ! »
Jean-Philippe Wurtz, directeur artistique

« La musique de Stockhausen appelle les images. Le compositeur lui-même avait conçu l’univers visuel de plusieurs de ses œuvres. Nous sommes donc partis d’une situation fictionnelle toute simple : deux voyageurs font connaissance dans un train et réalisent que la meilleure manière de se comprendre est de dialoguer avec leurs instruments dans la belle « langue » inventée par Stockhausen. La flûtiste peint un paysage de roseaux sauvages… Le bassoniste revêt un costume d’ours lors de l’exécution de son grand solo… La lumière et les couleurs s’invitent dans cet échange…

Et ces images, loin de recouvrir la musique de Stockhausen, l’éclairent et la rendent accessible même à ceux qui la croyaient obscure. » Ismaïl Safwan, metteur en scène

PROGRAMME :

Karlheinz Stockhausen, In Freundschaft, version originale en costume, 1977 (15’)
Karlheinz Stockhausen, Flautina, 1989 (6’)
Karlheinz Stockhausen, Orchester Finalisten (extraits) 1995-96 (45’)
Karlheinz Stockhausen, Mittwoch aus Licht (extraits) 1995-97 (4h27)
Flöte pour flûte et bande magnétique
Fagott pour basson et bande magnétique
Karlheinz Stockhausen, Tierkreis, extraits, 1974-75 (26’)

DISTRIBUTION :

Keiko Murakami Flûte
Antoine Pecqueur Basson
Jean-Philippe Wurtz Direction artistique
Ismaïl Safwan Mise en scène
Pascal Grussner Son, lumières
Frédéric Durrmann Régie générale
Corine Linden Collaboration artistique

L’équipe en tournée : 3 personnes (2 musiciens et 1 technicien)

PRODUCTION / COREALISATION

Ensemble Linea / Compagnie Flash Marionnettes

SOLOS ET DUOS